Pour l’intégration de l’éducation sismologique dans les écoles


Le collège Catts Pressoir, de concert avec plusieurs établissements scolaires du pays, s’est lancé dans un projet ambitieux visant à faire un plaidoyer, auprès du ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle (MENFP), pour l’introduction d’un module consacré à la gestion des risques et désastres dans le cursus scolaire. À l’issue de deux journées de formation, tenues les 25 et 26 janvier, auxquelles ont pris part 26 écoles, quatre d’entre elles ont bénéficié chacune d’un sismomètre.

« Le séisme du 12 janvier a été un catalyseur, mais c’est l’ignorance du peuple qui a causé la mort de ces trois cent mille personnes », a déclaré le directeur du collège Catts Pressoir, Guy Étienne. Instigateur d’un projet qui vise à introduire dans le cursus scolaire un module pour la gestion des risques et désastres, M. Étienne s’est dit motiver à vulgariser au maximum les informations relatives aux séismes. Ce qui, selon lui, passe par la formation des professeurs et directeurs d’écoles qui  formeront les jeunes. Ces derniers joueront, à leur tour, le rôle d’ambassadeurs au sein de leur communauté.

Vingt-six établissements scolaires, à ce titre, appartenant au réseau des écoles partenaires de l’ambassade de France ont participé à deux séances de formation animées par deux chercheurs français de l’Université Cô­te d’Azur et de l’observatoire Edumed. Toutefois, quatre établissements : Le collège Simone de Beauvoir du Cap-Haitien, le lycée Jean Pointe du Sable de St-Marc, l’institution Frère Odile des Cayes, le collège de Côte-Plage se sont vu confier un sismomètre, chacun, compte tenu du fait qu’ils étaient les seuls qui disposeraient de moyens adéquats pour sécuriser ces matériels. Entre autres critères, ces écoles répondent aux conditions d’accessibilité constante à l’internet et à l’électricité.

Estimés à hauteur de 1400 dollars américains chacun, les sismomètres, matériels servant à détecter et enregistrer les mouvements  du sol, ont été entièrement financés par l’ambassade de France. Il en est de même pour les séances de formation à l’utilisation d’une station sismologique destinées aux professeurs et directeurs d’écoles.

« Un séisme ne s’annonce pas, l’essentiel est de se préparer », prévient l’éducateur Guy Etienne, qui croit opportun, à ce propos, d’informer les jeunes et les apprendre quels comportements à adopter éventuellement lors du passage d’un séisme afin de réduire au maximum les pertes en vies humaines.

Jenny Félix

Facebook Comments

Vous pourriez aussi aimer...