Le sport haïtien en grand danger


Montage entre les drapeaux haïtien et du CIO./Photo page Facebook COH

Si dans quatre mois et demi Haïti ne met pas en place son organisation nationale antidoping (Nado), aucun sportif haïtien ne pourra participer dans des compétitions internationales, d’ici janvier 2019. 

En 2003 l’Agence mondiale antidopage (AMA/WADA) avait adopté le Code mondial antidopage dénommé « Le Code » qui est le document de base harmonisant les politiques, règles et règlements antidopage des organisations sportives et des autorités publiques à travers le monde.

Deux ans après, soit en 2005, Haïti est devenue signataire de ce document. Selon les principes, une fois qu’un signataire a accepté « Le Code », il doit le mettre en œuvre, l’appliquer et s’y conformer. Sinon, Il sera sanctionné par l’AMA/WADA.

L’une des exigences est la création du bureau national d’antidopage dénommé « Organisation nationale antidoping », plus connu sur le nom de Nado. Mais, depuis treize ans, Haïti fait des promesses à l’AMA/WADA en vue de respecter cette recommandation sans succès.

« J’ai déjà rencontré plus de cinq ministres sur ce dossier. L’État haïtien a l’habitude de s’assoir avec l’AMA/WADA. L’ancien directeur général du ministère de la Jeunesse, des Sport et de l’Action civique (MJSAC), Daniel Pierre-Charles, peut en témoigner et même la ministre démissionnaire Régine Lamur est consciente de l’importance de la promesse faite », a déclaré le docteur Hans Larsen, président du Comité olympique haïtien (COH). Il a ajouté que si les dirigeants étatiques ne mettent pas en place cette organisation, la conséquence sera néfaste pour le sport haïtien parce que l’AMA/WADA a envoyé mi-juillet dernier un courriel électronique au COH et au MJSAC pour les avertir qu’un délai de quatre mois et demi a été accordé à Haïti pour constituer la Nado sinon le pays sera exclu de toutes compétitions internationales.

Le président du Comité olympique haïtien n’y va pas par quatre chemins pour avancer qu’il est impératif de créer un comité mixte pour diriger la Nado même si la loi-cadre de cette nouvelle entité n’existe pas pour le moment.

« Nous aurons le temps de voter la loi-cadre sur la Nado. Combien de ministères n’en disposent pas mais qui pourtant fonctionnent sans problème ? Nous devons faire de même pour la Nado afin d’épargner à nos sportifs cette sanction», a-t-il martelé.

Comment constituer la Nado ?

Le docteur Hans Larsen a informé que le comité exécutif de l’organisation nationale antidoping (Nado) devrait se composer de deux membres de l’État haïtien, deux membres du COH et un membre de la société civile issu des barreaux de l’ordre des avocats.

À rappeler que l’Agence mondiale antidoping (AMA) est une fondation internationale indépendante chargée de promouvoir, coordonner et superviser la lutte contre le dopage dans le sport. Elle a été créée le 10 novembre 1999. Elle publie également chaque année la liste des substances et méthodes interdites.

Gérald Bordes   

Facebook Comments

Vous pourriez aussi aimer...